Venera 4 : Eidôlon !

Ces derniers temps chez Almost Famous, c’est grosse ambiance nostalgie… et voilà que se pointe dans ma boîte mail les Venera 4, pour me présenter leur premier album Eidôlon qui est sorti au mois de mars chez Requiem Pour Un Twister/Kartel. Première impression avant écoute, le label, ça sent bon… seconde impression, le genre musical, pop shoegaze… je m’empresse donc de cliquer sur le lien pour écouter ça au plus vite ! Et effectivement dès les premières notes, je pense à My Bloody Valentine, Slowdive… et je me dis que ça fait du bien d’entendre ce genre de son en 2015 !

venera_4

Venera 4, en référence à la sonde spatiale soviétique du programme Venera, lancée en orbite pour étudier Vénus… le nom de l’album quant à lui vient du grec, Eidôlon que l’on peut traduire par image ou illusion, une réalité qui n’est pas mais que l’on perçoit… tout un programme donc ! Quatuor parisien formé en 2012 – et oui ils sont français – composés de Morgane Caux au chant et à la guitare, Annabelle Chapalain, chant et clavier, Yann Canévet, chant et guitare et Frédéric Tronel à la basse – 2 filles, 2 garçons, un bel équilibre qui oscille entre le clair et l’obscur !
Après des singles, deux EP en 2013 Deaf Hearts et Winter Sessions, ce dernier m’a beaucoup fait penser à Mazzy Star, beaucoup plus pop, dreamy, le moment est venu de sortir enfin un premier album en 2015.


13 titres, pas moins de 51 minutes, le pari est relevé, entre guitares atmosphériques nappées de reverb’, voix célestes et aériennes, on décolle pour un voyage interstellaire, superposition de couches musicales, dream pop, noise, shoegaze… savant mélange de couleurs, à la fois sombre à l’instar de Black Paws, single immédiat, et coloré, Red Blooms, Orange… un coup d’œil sur les titres nous donne un indice avec le titre Colored Fields, pour qui s’intéresse un peu à l’art, le color field painting est un mouvement qui rejette la représentation de formes reconnaissables, permettant à la couleur de s’affirmer comme sujet principal… d’ailleurs en regardant de plus près les pochettes des Venera 4, il semblerait bien que Morgane, utilise cette forme d’expression… mais je ne me lancerais pas dans une critique picturale n’en ayant nullement les compétences, je ne fais que donner du sens à ce qui semble en donner à leur musique… les couches de couleurs musicales… !


Je constate avec bonheur que sur le titre éponyme Eidôlon, Morgane chante en français, pour ma part je trouve que ça donne encore plus de saveur à l’ensemble, texte imagé, poétique, à creuser et réitérer car c’est plutôt rare pour être souligné !
Un album tout en finesse, où les spectres du passé côtoient un certain renouveau du genre, lumineux, coloré, parfois sombre, mélancolique, l’album des Venera 4, Eidôlon est sorti en mars dernier chez Requiem Pour Un Twister et pour les amateurs du genre, il est plus que conseillé de prendre la navette pour un aller direct vers les étoiles !
A vous de jouer en vous rendant chez un bon disquaire, sinon il est disponible par ICI !

Site Officiel / Facebook / Twitter / Requiem Pour Un Twister / Collectif Nøthing

 

Author: Mag Chinaski

«La vie sans musique est tout simplement une erreur, une fatigue, un exil.» Friedrich Nietzsche

  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *