Sébastien Schuller, Heat Wave, un été sans fin !

La première fois que j’ai entendu Sébastien Schuller c’était sur Nova en 2005, le titre Sleeping Song tournait alors à la radio… et je me souviens du coup de foudre immédiat que j’ai ressenti pour ce morceau ! Un tourbillon musical nappé d’ambiance mélancolique, le ton était donné, je suis tombée sous le charme de Happiness, album indispensable dans le genre pop éthérée à tendance électro.

Ce français, plutôt rare, vit à Philadelphie depuis près de 10 ans où il enregistre dans son home-studio, tout seul. Après Happiness, il sort le sublime Evenfall en 2009, et le miracle recommence, je fonds une seconde fois sous le coup de cette douce folk pop classieuse, très travaillée… le garçon prend son temps puisqu’il faudra attendre le 08 septembre pour que sorte enfin Heat Wave, le 3ème album de Sébastien SchullerHeat Wave (Schoomze/Modulor), dans la chaleur de l’été, moment propice aux doutes et à la douce nostalgie contemplative sur la vie, le changement, un champ des possibles…
Cinq ans, c’est long… mais c’est aussi l’occasion de travailler un album différent en affirmant son amour des sons électro période 80’s, les synthés sont très présents, dès Silent, on a compris que Schuller a décidé de nous faire voyager vers d’autres sphères, comme des relents d’adolescence, la patte Depeche Mode se met en place doucement sur Cold War. Le changement est bien là et ce n’est pas pour me déplaire !
Et voilà ça arrive avec Endless Summer comme pour nous rappeler que c’est bientôt l’automne et qu’il faut profiter de la fin de l’été, un été sans fin, dansant dans la veine des Orchestral Manœuvre in the Dark. Il l’a fait un album de new wave, définitivement pop !

Mais la mélancolie n’est jamais bien loin avec Schuller, Nightime, composé en 2010, nous distille des loops entêtantes comme il sait si bien le faire, la transition Evenfall, Heat Wave est en marche : Moment de Grâce !
Le reste de l’album s’enchaîne dans un tourbillon d’émotions, distorsion de l’âme, pardon mais toutes ces petites touches organiques et magiques me donnent le tournis, Desillusion est magique mais tout ça me rappelle que j’aimerais bien que cet été soit sans fin !
L’album sort ce lundi chez tous les bons disquaires, il est également en écoute via Soundcloud par ici >>>

Cet article a été publié à l’origine sur le site Addict Culture.

 

Author: Mag Chinaski

«La vie sans musique est tout simplement une erreur, une fatigue, un exil.» Friedrich Nietzsche

  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *