Pink Floyd : Wish You Were Here !

Quoi de plus naturel que d’inaugurer cette rubrique avec un album de Pink Floyd, mais pas n’importe lequel, Wish You Were Here, sans doute un de mes préférés, avec Animals, ou encore More… enfin je ne parlerais pas du dernier en date The Endless River, qui se passe de commentaires et pis c’est tout !

Cette rubrique sera l’occasion de mettre en avant une fois par semaine, un artiste culte de ma collection de disques, des albums qui marquent une vie à jamais ! Cette chronique à l’origine a été publiée sur mon blog Tumblr, l’année dernière, à l’occasion de l’anniversaire de David Gilmour.

Ce 06 mars c’était l’anniversaire de David Gilmour, 68 ans ! Quand j’y pense je me dis que le mec a une sacrée carrière derrière lui ! Que dire de plus, quoi vous apprendre au sujet de Pink Floyd, tout a déjà été dit, écrit, analysé, décortiqué, bientôt 50 ans que le groupe existe !

pink-floyd

Et bien juste un clin d’œil, une pensée émue, des souvenirs et toujours le même plaisir, la même émotion qui me prend, me soulève à chaque fois que j’entends les premières notes d’une de leur chanson. Je crois que la découverte des Floyd a éveillé, conditionné et orienté ma curiosité musicale, mon désir de faire de la musique (de la gratte comme ce cher David, et ouais !), de devenir disquaire, mon amour pour la musique psychédélique sous toutes ses formes… oui… tout ça !

8 ans, parents divorcés, nombreux trajets en voiture et des heures de cassettes écoutées en avalant les kilomètres ; un père amateur de musique, les Stones, ZZ Top, Midnight Oil, Moroder… et les Pink Floyd ! Voilà sans doute ce qui me touche autant dans leur musique, les souvenirs, cette transmission musicale, comme un trésor que l’on vous confie au creux de la nuit, sur la route, ça a quelque chose de mystique quand j’y repense ! Bref, je m’égare dans les recoins de ma mémoire, il faut dire que la musique s’y prête aussi, ça marche à tous les coups !

Ce soir c’est l’album Wish You Were Here (1975) qui m’emporte, le neuvième du groupe… je crois que c’est même mon album favori des Floyd, je l’écoute au moins une fois par mois, comme une drogue que mon esprit réclame, souvent pour m’endormir. Je pense au fond que c’est un album charnière dans leur discographie, climat tendu entre les membres, groupe au sommet de sa gloire blasé d’avoir tout connu, enregistrer entre deux tournées (pour Dark Side Of The Moon), la venue de Syd pendant l’enregistrement et le choc de le découvrir en si piteux état mental et physique.

syd-barrett

En clair beaucoup de matière pour créer un album contenant une bonne dose de rage et d’émotions ! D’un côté un hommage à Syd Barrett (Shine On Your Crazy Diamond, Wish You Were Here), ce génie éphémère qui a donné toute son aura au groupe, de l’autre une critique acerbe de l’industrie musicale (Welcome To The Machine, Have A Cigar), cette machine à fric, déshumanisée… une « industrie » quoi, tout est dans la dénomination ! Et musicalement parlant, je pars à chaque fois, les nappes de synthés de Richard Wright, mélangées aux envolées de gratte de David Gilmour, la basse lourde et douce de Roger Waters, la batterie langoureuse de Nick Mason… ! A chaque fois je me dis que je peux mourir après avoir écouté ça, le sourire aux lèvres, les pupilles dilatées, adieu !

Author: Mag Chinaski

«La vie sans musique est tout simplement une erreur, une fatigue, un exil.» Friedrich Nietzsche

  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *