Marietta : Basement Dreams Are The Bedroom Cream !

Attention, gros coup de cœur à l’horizon, ouais rien que ça ! Mince ça faisait longtemps que je n’avais pas été autant emballé par un album, et je peux vous dire que ça fait du bien, comme une évidence ! Cet album, c’est celui de Marietta, Basement Dreams Are The Bedroom Cream, qui est sorti le 05 mai chez Born Bad Records, mais voilà tout s’explique me diront certains, oui je dois l’avouer, chez Born Bad on a de l’oreille et on sait proposer du son de qualité ! Mais passons les considérations personnelles aux relents de cirage de pompes, quoique, parfois il est de bon ton de dire tout simplement les choses comme on le sent, car depuis quelques années, je ne boude pas mon plaisir à chaque nouvelles sorties !
Marietta, c’est Guillaume Marietta, de The Feeling Of Love, qui s’embarque dans un projet solo pour le moins singulier, du moins dans l’approche, ou comment travailler seul, enfermé dans une chambre avec un 4 pistes à cassette, oui oui, un 4 pistes à cassette, vous avez bien entendu messieurs dames !


Mi-avril, un premier single se fait connaître, Chewing Your Bones, et depuis grosse attente pour ma part, ça sent bon la folk psyché période 70’s, et j’entends avec bonheur les influences qui me sont chères transpirer tout au long de ce titre, un croisement entre Kurt Vile (et dieu sait que je l’aime avec force même si je ne suis pas croyante !), et Syd Barrett, pour ce côté rugueux à souhait, et soudain j’ai envie de pleurer, mais de joie je vous rassure, je tiens enfin l’album qui me redonne la foi, putain le mec t’envoie tout ça de sa chambre, tout seul, en mode rien à foutre, c’est tout ce que je demande en fait, de la sincérité, des émotions, et on y va !

guillaume-marietta

Et enfin le 05 mai je découvre l’album, Basement Dreams Are The Bedroom Cream, et là mes pires craintes se confirment, je prends mon pied et je boucle sur chaque titre en mode monomaniaque ! 10 titres, 40 minutes, une boîte à rythme, une gratte classique parfois en mode flanger, superposition des sons pitchés, un clavier, quelques effets, et on y est, en mode spleenétique halluciné, le tout mixé par Olivier Demeaux du groupe Cheveu… que demander de plus, tout est là ! Un album brut, mélancolique et habité, comme il le dit lui-même :

Je joue selon mes propres règles. Je marche sur les traces de ma maison. C’est de cette manière que les disques prennent feu. 

L’album de Marietta, Basement Dreams Are The Bedroom Cream, est sorti le 05 mai chez Born Bad Records, et comme d’habitude je vous invite à foncer chez votre disquaire préféré pour vous le procurer, et pour les feignasses il est aussi disponible par ICI !

Facebook / Bandcamp /Born Bad Records

 

Author: Mag Chinaski

«La vie sans musique est tout simplement une erreur, une fatigue, un exil.» Friedrich Nietzsche

  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *